Une question ? Appelez-nous au 04 93 35 71 39 ou bien utilisez notre formulaire de contact

MENTHE POIVREE

Cette huile stimule et rafraîchit, revigore corps et esprit. Elle est connue pour son efficacité contre les nausées, le mal des transports et les migraines. Elle soulage aussi les douleurs et démangeaisons grâce à son pouvoir réfrigérant.

 

La Menthe poivrée est une plante herbacée et vivace appartenant à la famille des Lamiacées. Dans la famille des menthes, il existe plusieurs espèces et donc plusieurs odeurs. Celle-ci présente une odeur forte et froide. Cette plante qui peut atteindre jusqu'à 50 cm de hauteur est avant tout aromatique et médicinale. Elle est d'ailleurs la menthe la plus utilisée en phytothérapie. Ses feuilles de couleur vert foncé prennent une teinte rougeâtre au soleil. Elles contiennent l'huile essentielle principalement constituée de menthol. Des feuilles séchées ont été retrouvées dans les pyramides égyptiennes témoignant de l'utilisation très ancienne de cette plante.

Comme toutes les menthes, elle a des propriétés aromatiques et digestives. Mais son champ d'activité est vaste. Elle est très utilisée en cas de maux de tête, de nausées ou de mal des transports. Stimulante et revigorante, elle sera très utile en cas de fatigue mentale, physique ou sexuelle. Antalgique et anesthésique, elle calme les douleurs dues aux rhumatismes et à l'arthrose mais aussi lors de chocs ou de traumatismes. En diffusion, elle rend l'air purifié et rafraîchi !

 

 

 

Procédé d'obtention : Distillation complète par entraînement à la vapeur d’eau.

 

Partie de la plante extraite : Parties aériennes.

Nom botanique : Mentha x piperita

Famille botanique : Lamiacées

25
Quantité
Flacon de 5 ml
Flacon de 5 ml
9.10€
PROPRIETES
LE PROCEDE D’EXTRACTION DES HUILES ESSENTIELLES
PRECAUTIONS D’EMPLOI
AVERTISSEMENT

Propriétés organoleptiques

- Aspect : liquide très fluide
- Couleur : incolore à jaune pâle
- Odeur : herbacée, fraîche, mentholée, puissante

 

Composition chimique

Monoterpénols  : menthol (35.98%)

Oxydes : 1,8-cinéole (5.08%), menthofurane (1.10%)

Monoterpénones : menthone (22.43%), pulégone (1.10%)

Esters terpéniques : acétate de menthyle (4.44%)

 

Les huiles essentielles sont sensibles aux rayonnements UV ainsi qu'à l'évaporation progressive de leurs constituants. Il est donc impératif de conserver vos huiles essentielles dans un flacon en verre coloré ou en aluminium à fermeture étanche à une température comprise entre 5°C et 40°C.

 

 

Propriétés et indications pour la santé :

Propriétés :

Tonique et stimulant cardiaque, digestive, pancréatique et nerveuse 

Anesthésique et antalgique, antiprurigineuse, elle calme les démangeaisons.    

Rafraîchissante 

Décongestionnant nasal, hépatique et prostatique 

Bactéricide, fongicide 

Antimalarique 

Anti-inflammatoire intestinale et urinaire 

Anticatarrhale, expectorante, mucolytique 

Emménagogue, elle favorise les règles.

 

Indications :

Insuffisance hépatopancréatique, hépatites virales, cirrhoses, coliques hépatiques

Indigestion, dyspepsie, nausées, vomissements, flatulence

Mal des transports, vertige

Névralgie, sciatique, arthrite, rhumatismes, tendinites, migraines, céphalées

Zona, herpès, névrites virales

Malaria

Rhinites, sinusites, otites

Cystites, colites, prostatites, colites néphrétiques

Prurits (urticaire, eczéma, varicelle)

Hypotension.

 

Synergies :

Compositions rafraîchissantes en diffusion : huiles essentielles de Lavande, Cyprès, Bois de rose, Romarin.

Antiviral et anticatarrhal : huile essentielle de Ravintsara.

Antiprurigineuse : huile essentielle de Tanaisie annuelle.

Stomachique, carminatif : huile essentielle de Cumin des prés.

 

En pratique

Rhumatismes, arthrite : en frictions, appliquées avec précaution et de façon localisée (effet réfrigérant très puissant).

Céphalées : 1 goutte à masser sur les tempes.

Chocs, coups, névralgies : 1 goutte en friction sur la zone douloureuse.

 

Propriétés et indications pour le bien être :

Propriétés

Tonique et stimulante nerveuse et générale 

Rafraîchissante.

  

Indications

Choc, traumatisme

Asthénie (fatigue) physique, mentale et sexuelle.

 

 

Synergies

Stimulant général : ​ huile essentielle de Cannelle écorce.

 

En pratique :

Choc, traumatisme : en frictions, appliquée avec précaution et de façon localisée (effet réfrigérant très puissant).

La majorité des huiles essentielles est obtenue par distillation à la vapeur d'eau, sans détartrant chimique et sous basse pression. Le procédé consiste à faire traverser une cuve remplie de plantes aromatiques par de la vapeur d'eau. La vapeur d'eau extrait l'essence de la plante et forme avec elle un mélange gazeux homogène. A la sortie de la cuve et sous pression contrôlée, la vapeur d'eau enrichie d'huile essentielle traverse un serpentin et se condense. Le liquide aboutit dans l'essencier (vase florentin) où l'huile essentielle de densité inférieure à celle de l'eau. Critères d'une bonne distillation : La distillation est un procédé délicat, exigeant de l'expérience et une surveillance constante. Pour obtenir une huile essentielle de première qualité, les critères suivants doivent être respectés : L'alambic : il doit être en acier inoxydable, le cuivre et le fer pouvant former des oxydes. Basse pression : la distillation doit s'effectuer à basse pression, entre 0,05 et 0,10 bars, des suroxydations se produisant sous haute pression. Ainsi, la couleur de l'huile essentielle de thym vulgaire en pleine floraison varie du rouge clair au rouge brun en élevant la pression. La pyrogénation des bois avec des écorces, consécutive à la distillation sous haute pression et haute température donne des huiles essentielles souillées de goudrons cancérigènes. Durée de la distillation : elle doit être prolongée pour permettre de recueillir le "totum" des molécules aromatiques, c'est-à-dire l'ensemble des fractions dites de "tête", de "cœur" ou de "queue". Par exemple, les trois quarts de l'huile essentielle de thym vulgaire sont extraits durant les trente premières minutes, mais il faut de soixante à quatre-vingt minutes supplémentaires pour extraire la totalité des phénols longs à passer. Les distillateurs sont payés au kilogramme d'huile essentielle, et c'est pourquoi certains producteurs distillent à haute pression et cessent la distillation après les 25 ou 30 minutes rentables. Très souvent, ces huiles essentielles sont ensuite "rectifiées", c'est-à-dire re-distillées pour les purifier des composants indésirables (points d'ébullition plus élevés) et pour concentrer les composants les plus volatiles. Ce procédé produit des huiles essentielles décolorées avec une odeur moins fine, des propriétés différentes et des effets indésirables accrus. Ainsi, une huile essentielle d'eucalyptus rectifiée pourra contenir jusqu'à 80% d'eucalyptol, mais elle sera plus irritante pour les bronches qu'une huile essentielle d'eucalyptus "complète" n'en contenant que 60%. L'eau : l'eau employée sera une eau de source peu ou non calcaire pour éviter de recourir aux détartrants chimiques. Stockage et conservation : après distillation, les huiles essentielles doivent être filtrées, puis stockées dans des cuves hermétiques inaltérables entreposées dans une cave fraîche. Leur mise en bouteille doit se faire uniquement dans des flacons en verre opaque brun ou bleu pour assurer leur conservation à l'abri de la lumière et de l'oxygène. Le contrôle de qualité La chromatographie en phase gazeuse est réalisée grâce à un appareil sophistiqué qui permet d'identifier les molécules aromatiques présentes dans une huile essentielle (jusqu'à 450 molécules aromatiques). Le graphique fourni par le chromatographe comporte une série de pics. Chaque pic représente une molécule aromatique bien spécifique qui est identifiée par logiciel. Le spectromètre de masse détermine la proportion relative de chacune des molécules aromatiques d'une huile essentielle (composition quantitative). L'aromatogramme est une méthode de mesure in vitro du pouvoir antibactérien des huiles essentielles. La technique est identique à celle utilisée pour mesurer l'activité bactéricide des antibiotiques.  
- Irritante, et effet réfrigérant puissant : diluer à 30% maximum dans une huile végétale pour une application cutanée. S'utilise sur des étendues limitées. - Jamais d’huile essentielle de menthe non diluée. - A proscrire chez la femme enceinte, allaitante, les sujets épileptiques, les personnes âgées et les enfants de moins de 6 ans. - STRICTEMENT INTERDITE CHEZ LES NOURRISSONS avant 30 MOIS (toxicité par contact local : réflexe laryngé ou nasal pouvant entraîner un arrêt respiratoire). - Stupéfiante à haute dose. - Pas d'usage prolongé sans l'avis d'un aromathérapeute. - Eviter le contact avec les yeux, ne pas appliquer trop près des yeux. - En diffusion, s'utilise uniquement diluée (15% max) dans des huiles essentielles plus douces, et sur une durée limitée. - Tenir hors de portée des enfants. - Certains composés naturels contenus dans cette huile essentielle peuvent présenter un risque d’allergie chez certaines personnes sensibles lorsque l'huile essentielle est incorporée dans une composition cosmétique (selon le 7ème Amendement de la Directive Européenne relative aux produits cosmétiques (2003/15/CE)) : limonène, linalol. - En règle générale, faites toujours un test d’application de votre préparation, dans le pli du coude, au moins 48h avant de l’utiliser.
Ces propriétés, indications et modes d'utilisation sont tirés des ouvrages ou de sites Internet de référence en aromathérapie, de phytothérapie. On les y retrouve de façon régulière et pour beaucoup confirmés par des observations en milieu scientifique. Toutefois, ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Pour tout usage des huiles essentielles, des hydrolats et des plantes ou poudres de plantes dans un but thérapeutique, consultez un médecin.